Les compostiers

compost collectif urbain

Actus du moment

... au local 10 rue du Gazomètre... pour une émulation des neurones ! Venez réfléchir, échanger, confronter vos idées pour développer la vie, le projet de l'association.
Rencontre le 18 janvier à 18h30

Rencontre le 18 janvier à 18h30

… au local 10 rue du Gazomètre… pour une émulation des neurones !

Venez réfléchir, échanger, confronter vos idées pour développer la vie, le projet de l’association.

Innovez avec les Compostiers

C’est le nom de la campagne de financement participatif que les Compostiers ont lancé pour soutenir leur « rebond » et lancer leur projet visant à structurer une filière locale de valorisation des bio-déchets des professionnels s’appuyant sur leur expertise du compostage collectif. Un grand merci aux 100 premiers contributeurs. Pour en savoir plus, contribuer à votre tour, c’est ici https://www.helloasso.com/associations/les-compostiers/collectes/innovez-avec-les-compostiersNosRéponses2

Une fin d’année 2016 à la rencontre du public

Le forum des acteurs de l’économie écoresponsable et collaborative, le 14 novembre à la Mairie du 3°SemaineEmploiVertLyon3

En ouverture de la « semaine des emplois verts et des compétences professionnelles d’avenir à Lyon 3° » les Compostiers ont participé à ce forum à destination du grand public, pour présenter l’association et promouvoir le compostage partagé.

Le Grand rendez-vous de la Métropole, le 19 novembre à la Métropole de Lyon

Un après-mLeGdRzVsMetropoleidi de partage, rencontres et découvertes autour des emplois et activités de demain. Les Compostiers étaient présents dans l’espace économie verte et circulaire, à côté des copains Eisenia et Mouvement de Pallier, puis ont participé à l’atelier « Comment développer des filières d’économie circulaire sur le territoire ». 

Conférence sur les déchets, le 22 novembre à la Maison de l’environnement

Dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets, une vingtaine de participants ont été accueillis à cette conférence avec un très beau buffet de mets à base de fruits et légumes récupérés sur les marchés et sauvés de la poubelle. Une belle exposition à l’entrée permettait de trouver les réponses à un quiz anti gaspi animé par AREMACS.

La conférence se poursuivait par une présentation de 6 initiatives proposant des alternatives pour ne pas produire de déchets ou pour mieux les valoriser.

D’autres initiatives sont apparues au cours des témoignages avec un débat sur l’impact environnemental réel de certaines pratiques dites écologiques comme les couches lavables ou les éco-cups. Mais les petits gestes doivent prendre de l’ampleur par la prise de conscience de chacun et par les incitations réglementaires.

La discussion n’a pas permis d’aborder les enjeux de la gestion publique des déchets. Un débats entre différents représentants politiques, pour mettre en lumière les différentes représentations qui s’affrontent en terme de stratégie pour nos déchets, est à envisager lors d’une prochaine édition…

Envie d’agir pour une société zéro déchets, le 1° décembre à la Maison de l’EnvironnementEnviedAgir

L’association Anciela organisait la 2° édition d’un format de rencontre bien spécial entre citoyens et associations engagées dans la prévention des déchets. Huit groupes d’une douzaine de personnes étaient répartis dans la maison. Les associations passaient de groupe en groupe. A chaque fois 3 minutes pour présenter l’association et 3 minutes pour répondre aux questions. Soirée rythmée et intense pour Les Compostiers ainsi que pour les sept autres associations qui ont pu à cette occasion rencontrer leurs futurs bénévoles.

.

Club des labellisés LVED, leLVED déc 16 11 décembre à la salle de la ficelle Lyon 4°.

C’était le premier rassemblement des entreprises et associations labellisées  « Lyon Ville Equitable et Durable ». Les Compostiers , nouveaux labellisés, participaient à cette journée ouverte au public, organisée par Dounia BESSON, adjointe au maire de Lyon pour l’économie sociale et solidaire. Le buffet de clôture était préparé et servi par le restaurant Soline.

Le rebond s’organise…

Le 11 octobre 2016, l’association Les Compostiers est passée devant le Tribunal de Grande Instance pour demander le redressement judiciaire. Le Tribunal nous l’a accordé sous réserve de lui présenter sous 40 jours un plan de continuation chiffré, cohérent et réaliste. A l’audience du 22 novembre 2016, notre prévisionnel a convaincu le juge : le redressement est acté, ce qui permet aux Compostiers de bénéficier des protections associées.

Aujourd’hui, nous devons mettre en œuvre le plan présenté : développer des actions tournées vers les professionnels – compostage en établissements, collecte des bio-déchets des restaurants et épiceries, et compostage sur les marchés -, sans oublier les actions tournées vers les habitants – information, sensibilisation, formation et accompagnement à la mise en place de composteurs collectifs.

L’objectif : relever la tête et les manches et continuer de promouvoir le compostage collectif urbain comme un des gestes simples de l’éco-citoyenneté !

Retour sur une rentrée, dense, mouvementée… mais non moins festive !!!

Malgré un résultat de l’appel d’offre quelque peu étourdissant, nous étions présents sur 5 événements de septembre, pour continuer de promouvoir le compostage partagé.

Retour en mots et en images sur ces moments festifs :

Lavelo-collecte fabrique des communs à la MJC Monplaisir samedi 17 septembre. « Le sol est notre bien commun car il nous nourrit tous. Chacun, chacune en compostant ses bio-déchets participe, à sa mesure, au cycle de la matière organique et ainsi contribue à la préservation de la fertilité du sol par le simple apport, comme amendement, du produit obtenu : le compost. »

Avec Ondine, l’Atelier soudé, la Clavette… ce fut aussi l’occasion de tester triporteur, vélo cargo et vélo remorque pour nourrir et mettre en commun nos réflexions sur le moyen de transport doux adapté à nos différentes problématiques de collectes (bio-déchets, bouteilles, matériels de récupération, etc.)

retournement-jp-mermoz-petiteFête du jardin de Mermoz samedi 17 septembre. Le jardin recevait sa plaque officielle de Jardins partagés des mains de Dounia Besson. Moment convivial rassemblant petits et grands, voisins en visite, jardinières et jardiniers… Des ateliers de plantations et décoration de seaux, visite du jardin, concert et goûter. Un moment privilégié autour du compost : rien de tel qu’un retournement pour illustrer les bonnes pratiques !

La vélo parade 2° édition, dimanche 18 septembre, inscrite à la programmation des jchazette-petiteournées du patrimoine

Le temps plus que maussade a découragé la plupart des candidats au pédalage mais pas les usagers des sites visités qui ont fait très bon accueil aux cyclistes, un grand merci à chacun, chacune : quai de Serbie, place Chazette, Le Doua Vert, Yvonne (apéro), Gyvonne-petiteratte ciel (pic-nic) et même le futur site de la Place Bir Hakeim !

Les rendez-vous de la biodiversité au parc de la Tête d’or, samedi 24 et dimanche 25 septembre20160925-eliane-et-enfants

Organisés par Lyon Nature, ces rendez-vous accueillaient plusieurs associations engagées pour la sauvegarde de la biodiversité. Sur ces 2 jours nous avons profité d’un cadre apaisant pour échanger avec les nombreux visiteurs venus très souvent en famille. Les enfants se sont montrés attentifs et curieux de découvrir les petites bêtes qui se cachent dans le compost. Rencontre inattendue avec un groupe d’étudiants en Master 2 de micro-biologie qui vont dans la foulée orienter leur sujet d’études de l’année sur le compostage !

La fête des récoltes sur les berges du Rhône samedi 24 septembre

stand-fete-recolte-2016-l-10L’association participait pour la 2° année consécutive à la Fête des récoltes, organisée par le BOL (pôle de coopération sur l’alimentation). Notre façon de coopérer avec les autres structures participantes : collecter les épluchures produites par nos voisin-es de la Disco Soupe et de La Cuisine participative dans un composteur rotatif inauguré pour l’occasion.

Ce sont au total 50 kg d’épluchures, assiettes carton et couverts en bois qui ont ainsi pu être récupérés puis compostés. Rendez-vous l’année prochaine pour une récolte plus exhaustive des épluchures de toute la restauration préparée sur place !

Un grand merci aux 22 bénévoles, de rendre par leur présence, ces moments joyeux et chaleureux !!!

Torpillés par la Métropole, les Compostiers rebondissent

La Métropole fait le choix de remplacer l’action associative de compostage partagé par un marché public. Après une procédure longue et délétère pour les acteurs locaux, le verdict tombe : éviction des Compostiers, association à l’origine et actrice du compostage citoyen à Lyon.

Conséquence directe : l’association doit licencier ses 3 salariés et s’interroge sur la pérennité d’une dynamique citoyenne qu’elle a fait émerger et qu’elle accompagne depuis 7 ans.

Attribué sur le fil et sur la base d’une évaluation technique contestable, le marché public coûtera 25 % plus cher au contribuable avec un bilan écologique désastreux !

Les Compostiers vous invitent à vous mobiliser à l’Assemblée générale extraordinaire le 8 octobre 2016.
Pour réagir et soutenir les Compostiers : exprimez-vous sur facebook, adhérez, faites un don…

7 ans

C’est le nombre d’années d’expérience de l’association les Compostiers. En 2009 l’association Les Compostiers naît d’une initiative de citoyen-nes attaché-e-s à réduire leurs déchets et à valoriser leurs épluchures ensemble dans une dynamique conviviale. A la fois une volonté d’agir concrètement pour l’environnement en milieu urbain, le désir de motiver et d’accompagner les initiatives d’habitants.

Dés 2010, ce projet est soutenu par Le Grand Lyon (devenu aujourd’hui la Métropole) avec l’octroi d’une subvention représentant 1/3 du budget de l’association. Mais très vite la relation qui s’établit s’apparente plus à une commande publique déguisée qu’à un partenariat, de par une forme d’ingérence de la Métropole dans le projet de l’association.

Une décision de mise en concurrence contraire à la circulaire « Valls » de 2015

En 2016, pour sortir de cette situation ambiguë, la Métropole choisit de procéder à un marché public plutôt qu’à un vrai partenariat. Elle décide donc de ne pas reconduire la convention avec l’association. Elle lance, un appel d’offres dont le cahier des charges est largement calqué sur la démarche éprouvée depuis six années par Les Compostiers. L‘argument  : se mettre en conformité avec le cadre légal.

Pourtant, cet argument pose question si l’on se réfère à la circulaire Valls du 29 septembre 2015, « l’inscription de la définition légale de la subvention dans la loi permet de la distinguer clairement des contrats de la commande publique. Le recours à la subvention doit donc être privilégié dès lors que le projet financé s’inscrit dans son champ ». Or le champ historique du compostage partagé sur la Métropole est celui de l’initiative associative des Compostiers, donc de la subvention.

La position des Compostiers contre le passage en appel d’offre 

Que faire face à cette situation ? Les Compostiers ont dénoncé régulièrement le projet de passage en marché public, plébiscitant plutôt la démultiplication des conventions de partenariats pour faire entrer d’autres acteurs en favorisant la collaboration plutôt que la concurrence.

Les Compostiers ont ainsi soutenu qu’un passage en marché public ne se ferait qu’au détriment de l’intérêt général, de la souplesse nécessaire à la poursuite de l’expérimentation, de l’implication volontaire des habitants, et des partenariats avec les autres acteurs de la prévention des déchets et de l’éducation au développement durable. Ainsi, en 2012, les Compostiers n’ont pas souhaité répondre à l’appel d’offre Grand Lyonnais concernant la mise en place de composteurs partagés dans les cantines scolaires et ont sollicité l’association Trièves Compostage Environnement (TCE), association du Réseau Compost Citoyen, pour répondre et éviter que le marché tombe dans les mains d’industriels du déchet.

Le piège se referme

En 2016, n’ayant pas obtenu gain de cause sur la poursuite de la convention, l’association opte pour une vision plus pragmatique de la situation en considérant que pour continuer son action et revendiquer ses valeurs, il faut d’abord rester debout. Elle choisit donc de répondre à l’appel d’offre, en mettant toute son énergie dans la construction d’une réponse groupée, en co-traitance, avec ses partenaires, membres du Réseau Compost Citoyen régional (les associations Eisenia et TCE) pour ne pas tomber dans le piège de la mise en concurrence.

Malheureusement, et malgré des efforts de médiation et le soutien de la CRESS (Chambre Régionale de l’économie Sociale et Solidaire), les deux associations Eisenia et TCE ne réussissent pas à s’entendre sur le principe de la co-traitance, obligeant les Compostiers à choisir leur camp. Après de grandes hésitations, les administrateurs des Compostiers choisissent de répondre avec TCE (titulaire du marché sur les cantines) en concurrence d’une offre Eisenia / Tarvel (société d’espaces verts).

Manifestement la situation ne satisfait pas la Métropole. L‘offre de Tarvel / Eisenia est écartée pour une faute de mise en forme dans le dossier et le marché est déclaré infructueux pour concurrence insuffisante (l’offre Compostiers / TCE étant la seule offre restante).

Une nouvelle mouture du marché est publiée 6 mois après la première. La longueur de la procédure, le manque de visibilité financière, le jeu de la mise en concurrence créent un climat délétère dans un tissu associatif qui travaillait jusque-là dans un esprit de collaboration, de confiance et de réseau.

Après des débats houleux dans les associations et entre elles, deux offres s’alignent sur le marché : TCE / Pistyle (société coopérative lyonnaise) face aux Compostiers / CFPH (Centre de Formation et de Promotion Horticole à Ecully). Le groupement Eisenia / Tarvel se désiste.

Tous les partenariats entre les structures impliquées, partenariats historiques ou en construction, se retrouvent brisés par le jeu des alliances ratées, sous la pression du besoin de sauver sa peau et ses emplois.

1,76 point / 100

C’est l’écart qui sépare l’évaluation de l’offre du groupement gagnant (TCE / Pistyle) de celle du groupement Les Compostiers / CFPH.

L’association se fait ainsi déposséder de l’initiative citoyenne qu’elle portait depuis sa création, battue sur des critères « techniques ». Sa méthodologie d’accompagnement est jugée « moyenne » par la commission d’attribution : difficile à admettre quand on sait que les Compostiers ont à leur actif 75 projets sur le territoire de la Métropole, tous réussis, avec une démarche favorisant la convivialité, la dynamique et l’autonomie des habitants.

C’est aussi l’association qui fait référence sur le territoire en matière de formation au compostage domestique.

60 000 €

C’est le surcoût que la Métropole va payer sur les deniers publics dans les 2 prochaines années. L’offre retenue est en effet 25 % plus chère que celle des Compostiers !

334 km

C’est la distance aller/retour que les intervenants de TCE (originaires du Trièves, au sud de Grenoble) continueront à parcourir pour venir expliquer les bienfaits du compostage…. de proximité !

3 licenciements

C’est la conséquence directe de la perte du marché pour les Compostiers, qui sont conduits dans l’urgence à licencier l’ensemble de l’équipe salariée, voire être contraints à une liquidation pure et simple.

L’action publique, touchée par le « managérialisme »

Derrière le prétexte, la réalité est sans doute plus idéologique. En transformant ses partenaires en sous-traitants, La Métropole de Lyon s’inscrit dans une tendance plus large qui va vers la disparition sur le plan national, les cadres de subvention au profit des commandes publiques. L’action publique, touchée par le « managérialisme » hérité du privé, laisse ainsi de côté une bonne partie des initiatives populaires. En effet, une part de celles-ci portées par des structures trop petites, ne peuvent répondre aux marchés ou restent peu enclines à transformer leur projet associatif en une relation marchande.

Bilan

L‘histoire pourrait se conclure ici par la perte de 3 emplois en CDI sur le territoire, un surcoût de 60 000 € sur deux ans pour la collectivité et la disparition d’une association locale, porteuse d’une initiative citoyenne sociale et écologique…

Les Compostiers vont-ils disparaître ?

Plus que jamais, c’est pour soutenir l’engagement citoyen au travers des 75 sites installés en 7 ans et des demandes multiples d’inscription en attente aux composteurs de quartier que les administrateurs de l’association ne veulent pas abandonner. L’association pourrait redevenir ce qu’elle était à sa création : un regroupement d’habitants souhaitant composter de manière collective et surtout conviviale.

Le marché de la Métropole ne prévoit rien de proactif dans l’animation du réseau des sites de compostage collectif (y compris les sites autonomes). Animation, vie associative, partages d’expériences entre usagers, que les Compostiers ont assuré jusqu’ici.

Le marché de la Métropole prévoit la mise en place de quelques 16 sites de compostage collectif par an. A mettre en regard des plus de 60 projets d’ores et déjà recensés sur liste d’attente… Les porteurs de projet candidats heureux élus seront désignés d’ici fin 2016. Pour les autres, rien ne garantit qu’ils seront choisis fin 2017, ou 2018… pour un hypothétique accompagnement entièrement gratuit.

A ceux qui ne voudraient pas attendre, les Compostiers proposent un accompagnement à prix coûtant qui pourra être financé soit par la copropriété (cas des composteurs en pied d’immeuble) soit par leur commune ou tout autre financement innovant comme le crowd funding (pour les composteurs de quartier).

Et parce que les entreprises suivent le mouvement citoyen dans ce domaine, les Compostiers se sont déjà positionnés et proposent d’assurer l’installation et le suivi de sites de compostage en établissement (restaurant d’entreprise, EHPAD…).

On se répète 😉 Les Compostiers vous invitent à vous mobiliser à l’Assemblée générale extraordinaire le 8 octobre 2016.
Pour réagir et soutenir les Compostiers : exprimez-vous sur facebook, adhérez, faites un don…