Les compostiers

compost collectif urbain

Actus du moment

Le lombricompostage

Qu’est ce que le lombricompostage ?

Le lombricompostage ou vermicompostage est une méthode de compostage qui repose sur le travail de lombrics (Eisenia) spécialisés dans la décomposition de la matière organique.

C’est une technique relativement récente développée à petite échelle dans les années trente pour la production de vers de terreau pour la pêche. On peut ainsi assimiler le lombricompostage à de l’élevage de vers.

Exigeant peu de matériel, il permet de transformer les résidus de cuisine et de jardinage en un riche amendement pour les sols. Puisqu’il se pratique dans un contenant fermé qui est gardé à l’intérieur le lombricompostage est idéal pour ceux qui n’ont pas accès à un jardin et qui ne peuvent faire de compostage extérieur.

Bien que la technique soit relativement simple, elle exige tout de même une certaine discipline. Aussi, pour que votre expérience du lombricompostage soit gratifiante, quelques règles et pratiques doivent être observées. Il n’existe pas de secret d’élevage mais des paramètres techniques (température, humidité, pH) et des tours de main qui permettent de bons résultats.

En bout de ligne, vous aurez la satisfaction d’avoir compris et apprivoisé un processus fondamental de la nature : le recyclage de la matière organique ! L’évolution de la matière organique est légèrement plus rapide en lombricompostage, ceci semble être la conséquence de l’activité énorme des vers qui ingère entre 20 et 100% de leur poids par jour. Ce sont de véritables tubes digestifs et c’est tant mieux car se sont leurs déjections qui constituent l’humus que nous recherchons.

Les bonnes conditions de lombricompostage

Le vermicompostage étant une technique de compostage particulière, il y a quelques paramètres techniques à prendre en compte pour démarrer un élevage de vers. En effet pour assurer des conditions de vie convenables aux lombrics, plusieurs facteurs physicochimiques sont à contrôler :

  • une bonne aération
  • une humidité moyenne
  • une température constante, optimale entre 20 et 25°C. Les vers se sentent néanmoins à l’aise entre 13 et 30°C. Leurs activité est grandement ralentie une fois ces limites dépassées
  • un pH proche de la neutralité
  • une présence constante de matière organique fraiche

Le lieu d’installation

Comme on l’a vu, les vers sont sensibles aux différences de température importantes. Au dessous de 10°C et au dessus de 30°C leurs activité biologique ralentie considérablement. Ils se nourrissent beaucoup moins et peuvent mourir si ces extrêmes sont dépassés. Il convient donc de les mettre à l’abri pour les saisons difficiles ou encore de les garder chez soi (les vermicompostiéres n’étant pas trop volumineuses) pour assurer une température constante idéale à leur reproduction. De même, les lombrics vivent dans la première couche organique du sol et se développent donc naturellement dans l’obscurité. C’est pourquoi la vermicompostiere doit être opaque et fermée.

On entreposera donc son lombricomposteur à l’abri de la lumière et on évitera de la mettre sur son balcon, trop assujetti aux changements de température et d’hydrométrie.

Les déchets lombricompostables

Dans l’absolu quasiment tous les déchets organiques facilement ou moyennement biodégradables peuvent servir de substrat aux vers, cependant, les viandes, les graisses, les produits laitiers et les aliments épicés sont à éviter de part leur temps de dégradation et donc leur odeur de fermentation et la possible attraction de nuisibles. A part cette attention particulière tous les autres déchets de cuisine vont servir d’aliments aux vers :

  • Les fruits et légumes en morceaux et leurs épluchures
  • Des coquilles d’œufs pillées
  • Le marc de café et le thé (avec les filtres et les sachets … mais sans les agrafes !)
  • Papiers et journaux
  • Les restes de repas (sauf os, viandes et fromages) en petite quantité.

NB : Pour faciliter l’assimilation des déchets par les vers et donc diminuer leur temps de dégradation, il est intéressant de couper les épluchures ou les déchets volumineux…

Les écorces d’agrumes peuvent être ajoutées à la lombricompostière, mais par petites quantités, car elles sont acides.

Les épluchures de pommes de terre, à moins d’être découpées très finement, prendront beaucoup de temps à se décomposer. Les vers les digérant très mal, il ne faut pas leur donner que ça à manger, car cela peut entrainer leur mort !

Le lancement de son vermicomposteur

Avant d’installer les vers dans le lombricomposteur, il faudra veiller à leur construire une litière afin qu’ils s’acclimatent au milieu. Cette litière est composée des vers et de leur substrat, on y ajoutera de la terre pour apporter des microorganismes utiles au processus d’humification, du marc de café qui favorise la reproduction des lombrics et du papier déchiqueté, ou des feuilles mortes pour maintenir un bon taux d’humidité.

Bien que très résistants, les lombrics ont besoin d’un temps d’accommodation lorsqu’ils sont mis dans un nouveau milieu. Ainsi il est préférable d’attendre une à trois semaines avant d’alimenter votre compostière avec vos déchets et de commencer avec des déchets facilement biodégradables tels que de la salade, du poireau, des épinards, des épluchures de carottes, de pommes…

Une fois ces premiers aliments assimilés par les lombrics, il faut leur remettre la même quantité de déchets et ce jusqu’à ce que le temps de dégradation devienne de plus en plus court. Lorsque que les vers arrivent facilement à ingérer le peu de déchets qui leur est donné il est alors possible d’y mettre la totalité de vos déchets à une fréquence régulière (1 à 2 fois par semaine).

Utilisation des fruits du lombricomposteur

Le compost que l’on obtient avec un lombricomposteur est un compost très azoté car essentiellement issu de matière verte (les épluchures). On ne s’en servira donc pas tel quel comme engrais pour de jeunes pousses. Il faut le mélanger à moitié avec de la terre pour en faire un terreau utilisable dans toutes conditions. Lorsque l’on récolte le compost mûr, quelques vers seront encore dans le bac, on veillera à les trier pour les remettre dans le lombricomposteur.

Selon la lombricompostière utilisée et les conditions de réalisation, le lombricompostage peut aussi produire du ‘thé de vers’. C’est un engrais liquide produit par l’eau contenue dans les déchets qui
percole à travers le compost et se charge en nutriments, oligo-éléments… ATTENTION, le ‘thé de vers’ est très concentré et il faut le diluer au 1/10ème avant de l’utiliser pour vos plantes (dans l’eau d’arrosage ou en le vaporisant sur les feuilles)

Téléchargez le mémo « Le lombricompost en 3 épluchures«