Potager bio : 10 astuces naturelles à connaître avant de se lancer

0
155

En ces premiers jours du mois de mars, les premières pâquerettes et violettes commencent à faire leur apparition. Petit à petit, l’hiver cède sa place au printemps, pour le plus grand plaisir de nos sens, qui nous appellent à prendre l’air. Nous avons donc jugé qu’aujourd’hui est un jour opportun pour parler jardin.

En effet, les arguments pour mettre les mains dans la terre ne manquent pas ! Budget alimentation qui enfle année après année, bienfaits pour la santé d’un régime alimentaire bio qui fait la part belle aux fruits et légumes, lien avéré entre nourriture industrielle et maladies, sont d’autant d’arguments qui poussent de plus en plus de français à cultiver un petit lopin de terre à la mode biologique. Nous disons bien biologique, car gare aux pesticides et produits désherbants ! Il ne faut pas en effet que cette jolie aventure verte vous conduise à polluer le sol et votre assiette !

Commencez par trouver des graines bio ! Il n’y a pas de secret, les vieilles graines font les bons légumes.

Nous avons décidé de sauter le pas et de ressusciter vieilles pioches, pelles et brouettes, dans l’espoir de voir dans quelques mois sortir de terre nos propres légumes entièrement naturels. Et c’est justement le cent pour cent naturel qui nous amène à la problématique du jour :

Comment repousser les nuisibles de son jardin sans l’usage de pesticides ni de produits phytosanitaires ?

Pour y répondre nous avons glané de précieux conseils par-ci par-là que nous souhaitons partager avec vous.

Une des solutions les plus simples consiste à associer certaines plantes ensemble. En effet, certaines plantes se verront stimulées au contact d’autres et repousseront ainsi certains nuisibles. A l’heure où il est encore temps de réfléchir à l’agencement de vos cultures sur les plans de votre futur potager, découvrez nos 10 conseils pour ériger des remparts naturels contre les ennuis et ces petites bêtes voraces et sans pitié.

  1. Commencez d’abord par prévoir une partie de votre jardin que vous laisserez en jachère. Plutôt que d’exterminer les insectes indésirables mieux vaut les détourner de vos plantations par ce biais. Cette petite zone de fouillis donnera une touche nature à votre jardin, un style très « british » et stimulera de surcroît les pollinisateurs que sont les abeilles et les rouges gorges !
  2. Pour protéger vos pommes de terre et aubergines des effets dévastateurs des doryphores, associez les aux haricots.
  3. Pour éloigner les insectes des légumes, il est recommandé de les allier aux plantes aromatiques telles que la mélisse, la sarriette, la sauge, la lavande, ou bien encore la capucine.
  4. Les limaces sont également la hantise des jardiniers en herbe. Pour les tenir à distance de vos légumes, rien de tel qu’une plantation de cerfeuil ou de bourrache.
  5. Pour éviter que la maladie n’endommage vos tomates, renforcez-les en plantant à proximité de l’ail, de la capucine ou bien du basilic.
  6. Ajoutez également à proximité de vos tomates de œillets d’Inde afin de chasser les nématodes, ces vers ronds et blanc qui pourraient réduire à néant tous vos efforts !
  7. La carotte et l’oignons doivent être envisagés comme un couple indissociable, chacun protège l’autre des mouches.
  8. Afin que le mildiou, ou pour les néophytes la substance collante sécrétées par les pucerons, n’abîme vos légumes, protégez-les avec de simples plantations de basilic et de cerfeuil.
  9. Les choux peuvent être dévorés par le piéride du chou (papillons), pour éviter ce carnage rien de tel que de les planter à proximité des tomates et des céleris.
  10. Et pour finir, sachez que l’ail, l’oignon et l’échalote freine la croissance des haricots et des pois, plantez donc ces deux familles ennemies bien éloignées l’une de l’autre !

Si vous aussi vous gardez bien en secret des astuces et savoir-faire d’antan pour un jardin biologique et vigoureux n’hésitez pas à échanger avec nous et faire connaître votre science.

Article précédentMon compost ne démarre pas pourquoi ?
Article suivantComment mieux gérer sa consommation d’eau en cas de sécheresse ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici