Les toilettes sèches, quelles options ?

0
155

L’eau est précieuse. Saviez-vous que vous pouvez économiser jusqu’à 40% sur vos factures d’eau rien qu’en optant pour des toilettes sèche ?

Les toilettes sèches : une option écologique et économique

Intéressons- nous à la plus petite pièce de la maison mais qui n’est pas pour autant l’une des moins polluantes… Les toilettes !

En effet, à chaque chasse d’eau c’est 3 à 14 litres d’eau potable gaspillée (soit en moyenne 40 litres d’eau par jour et par personne) ainsi que des déchets solides non valorisés.

Car en effet, mélanger nos excréments à de l’eau est un pur non-sens écologique. Composées principalement d’azote, de carbone et de phosphore, les déjections contiennent des éléments essentiels au renouvellement de l’humus. Il est donc beaucoup plus logique des les recycler par compostage.

Depuis la seconde guerre mondiale les suédois on massivement adopté les toilettes sèches, ayant très bien compris l’intérêt de ce procédé naturel. Si bien que certains maires refusent d’accorder des permis de construire pour tout projet immobilier n’en prévoyant pas !

Penchons nous maintenant sur les différents procédés développés.

Pour schématiser, disons qu’il existe deux types de toilettes dites « sèches », celles où liquides et solides sont mélangés, et celles ou ces deux éléments sont séparés. Dans les deux cas, l’intérêt reste le même, éviter de polluer l’eau inutilement, éviter le long cycle d’épuration qui accompagne le fonctionnement d’un WC classique, et bien sûr réduire notre facture d’eau de 30 à 40% !

Les toilettes à compost ou toilettes à litière bio-maîtrisée

Pas besoin de sortir de Saint Cyr pour comprendre son procédé, pas besoin non plus d’une machinerie lourde pour sa fabrication!

Le toilette à compost est un simple bac à litière que nous habillons d’une lunette pour notre confort! Pas d’eau, c’est la litière qui fait son travail de transformation. Divers matériaux peuvent être utilisés pour composer la litière : chanvre, feuilles mortes, pailles par exemple. Cela dit nous vous conseillons d’utiliser un mélange de sciure et de copeaux de bois; meilleure moyen pour neutraliser les odeurs et optimiser le processus de décomposition. Ces deux éléments se complètent, la sciure très fine se caractérise pour être très absorbante, alors que les copeaux de bois, plus gros, aèrent la litière et stoppent les odeurs. Ensuite, il vous suffit de vider la litière (environ une fois par semaine) dans votre zone de compost afin que la nature finisse le travail de décomposition.

Si vous avez des animaux, nous vous conseillons vivement soit de fermer votre bac à compost soit de séparer le compost des toilettes et celui de vos déchets alimentaires ! En effet si vous mélangez des deux et que le bac n’est pas fermé, il y a fort à parier que vous retrouviez votre chien ou votre chat les pattes et la truffe dans vos litières à la recherche des restes de la cuisine !

Les toilettes à séparation

Suivant les modèles, ce type de toilette écologique peut être aussi basic qu’une simple toilette à litière bio-maîtrisée ou bien un peu plus élaborée. Dans tous les cas il est le modèle ressemblant le plus à nos toilettes à eau. En effet, elles se présentent comme des toilettes classiques avec en plus un local à compost situé derrière le mur sur lequel est fixé le siège.

Principe de fonctionnement des toilettes à séparation

Comme son nom l’indique, le principe d’une toilette à séparation est de séparer les urines des fèces.

L’avantage principale de ce système par rapport à une litière classique est une fréquence moindre du vidangeage, idéal pour les personnes âgées par exemple! Les urines sont évacuées par un drain (soit vers les eaux usées, soit réutilisées comme fertilisant) et les matières fécales sont quant à elles acheminées vers le local à compost via un tapis roulant dans le but d’y être déshydratées, soit par un procédé électrique (utilisant l‘énergie solaire le plus souvent), soit par la plus simple action de l’air. Complètement neutres, les matières déshydratées sont débarrassées de toute odeur et leur volume réduit considérablement.

Après quelques mois ou même une année entière, les résidus sont bons pour rejoindre le bac à compost. Mélangée à un peu de terre végétale vous obtiendrez une excellente potion dopante pour votre jardin !

Le lombricompostage ou toilettes à lombricompost

Faisons ici le focus sur les toilettes à lombricompost ou par lombricompostage. Certainement l’option la moins contraignante de toutes, bien qu’elle rebute toujours beaucoup de monde. Il s’agit là du même modèle que celui expliqué ci-dessus mais avec en plus dans le local à compost une armée de lombrics. Les odeurs sont totalement aspirées par un efficace système de ventilation, et les lombrics se chargent de transformer nos rejets en fertilisant! Pas besoins de sciure, il suffit de vider la matière produite par les lombrics une fois tous les deux ou trois mois suivant la taille de votre local à compost.

Bien évidement comme pour tous les systèmes de toilettes sèches vous pouvez jeter dans la cuvette le papier hygiénique. Ceci est même positif, le papier étant composé de carbone. Bien sûr, à condition qu’il ne soit ni coloré, ni parfumé ni blanchi !

Article précédentLes plantes dépolluantes : info ou intox ?
Article suivant4 équipements indispensables pour un jardin durable

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici